top of page
  • Sophie-Ann

Le Deuil Périnatal Nantes : l’affaire de toutes et tous

Le deuil périnatal est une expérience profondément douloureuse et complexe, trop souvent passée sous silence.


Voyons ensemble ce qui est concerné par le deuil périnatal, quelques chiffres, comment se remettre de la mort de son bébé ? comment faire le deuil d'un bébé mort in utero ?


Définition du Deuil Périnatal Nantes

Le deuil périnatal fait référence au processus de deuil qui suit la perte d'un bébé pendant la grossesse ou peu de temps après la naissance.

L’OMS quantifie cette période de 22 semaines d’aménorrhées à 7 jours suivant la naissance.

Cependant, dans la réalité des parents, le deuil périnatal couvre une période qui peut être beaucoup plus large et englobe de multiples situations comme : arrêt de grossesse précoce ou tardif, mort fœtale in utéro, interruption médicale de grossesse, interruption volontaire de grossesse, extrême prématurité, décès du bébé pendant l’accouchement, décès post-natal, voire dans les semaines qui suivent, ou décès d’un jumeau.


Le deuil périnatal en quelques chiffres :

Estimation du nombre de grossesse interrompue :

-10 à 20 %, soit une femme sur dix subit une interruption naturelle de grossesse (moins de 22 semaine aménorrhée).


En 2022 en France la DRESS dénombre :

- 2465 interruptions médicale de grossesse (IMG)

- 3926 mort-nés

- 234 300 interruptions volontaires de grossesse (IVG)


En 2021, enquête nationale périnatale :

- On compte ainsi 3,7 enfants de moins d’un an décédés pour 1 000 enfants nés vivants, dont la moitié des décès d’enfants de moins d’un an ont lieu moins d’une semaine après la naissance, un quart entre 7 et 27 jours et un quart après 27 jours de vie.


Ce sont autant de famille de femme et d’hommes impactés par le deuil périnatal.


Les Particularités du Deuil Périnatal

Le deuil périnatal se distingue par plusieurs caractéristiques qui le rendent particulièrement difficile à vivre :

  • Inacceptable et Inconcevable : La mort d'un bébé est souvent perçue comme contre-nature et incompréhensible, car elle bouleverse l'ordre naturel des choses où les parents ne sont pas censés enterrer leurs enfants.

  • Vie et Mort Entremêlées : La proximité entre la vie (l'espoir et l'attente d'un nouveau-né) et la mort rend ce deuil particulièrement déchirant, mélangeant des émotions contradictoires et intenses.

  • La notion de perte à la fois réelle et de tout l’imaginaire, les projections de l’arrivée de ce bébé.

  • La notion de vide : Ce deuil périnatal est aussi très complexe à traverser, face aux semaines et aux mois qui passent après cette perte et renvoient à l’absence de l’enfant qui aurait dû occuper cette vie-là. Le retour à la maison et l’impossible reprise de la vie quotidienne pour les parents…


Après avoir vécu des temps de choc, de sidération en maternité ou dans le service néonatal où était le bébé, se retrouver à la maison seul(s) face à un berceau vide, une chambre vide, des bras vides est vraiment très difficile pour les parents.


Un Deuil particulier :  Le deuil périnatal est souvent très intime et se manifeste différemment pour chaque individu : C’est une épreuve de :

  • Soi avec Soi

  • Dans le Couple

  • Dans la Famille


« le deuil est une épreuve d'ultimes solitude où même les êtres les plus proches ne peuvent vous rejoindre dans cette solitude. » C Fauré

Comment aider quelqu'un qui a perdu son bébé ? Quelques pistes :


Soutenir une personne en deuil périnatal peut être délicat, mais voici quelques pistes pour offrir une aide sincère et efficace :

  • Demander ce que le parent a envie maintenant : Plutôt que de poser des questions générales comme "Comment ça va ?", demandez "Comment te sens-tu en ce moment ?" Cela montre une attention plus ciblée et une volonté de comprendre l'état émotionnel actuel du parent.

  • Accueillir les pleurs : Permettre aux parents de pleurer sans essayer de les consoler immédiatement peut être très thérapeutique. La présence silencieuse et le partage des larmes peuvent être plus réconfortants que des mots. Parfois, il n'est pas nécessaire de dire quoi que ce soit, juste d'être là.

  • Être authentique : Admettre que vous ne savez pas quoi dire ou faire, mais que vous êtes là pour eux, montre une sincérité qui peut être apaisante. Dire quelque chose comme "Je ne sais pas quoi faire, mais je suis là pour toi. Dis-moi ce dont tu as besoin et je ferai de mon mieux pour t'aider" peut créer un espace de confiance.

  • Proposer des choses concrètes : Offrir une aide pratique peut alléger un peu le fardeau des parents en deuil. Proposez de faire le ménage, d'accompagner pour une balade, ou d'aider avec d'autres tâches quotidiennes. Ces gestes montrent votre soutien de manière tangible.

  • Persévérer : Il est essentiel de continuer à offrir votre soutien même après les premières semaines de deuil. Souvent, l'entourage peut avoir tendance à se retirer, pensant que le deuil est "passé", mais pour les parents, la douleur peut persister longtemps. L'ignorance peut être perçue comme de l'abandon, alors continuez à tendre la main régulièrement.

  • Reconnaître la vie (aussi courte soit-elle) de ce bébé : Oser nommer ce bébé, si les parents l’ont fait, et oser demander si le parent souhaite en parler, est une marque de reconnaissance inestimable pour les parents endeuillés. Cela permet de lui donner une identité et de le reconnaître en tant qu'individu ayant existé. Bien entendu, cette reconnaissance peut susciter des émotions fortes chez le parent, mais elle joue un rôle crucial pour valider leur chagrin et commencer à intégrer la perte dans leur histoire personnelle. Nommer le bébé, parler de lui, et créer des souvenirs, même s'ils sont douloureux, peut apporter une certaine forme de réconfort et d’acceptation.

Laisser du temps au deuil, on ne fait jamais réellement un deuil, on est en processus de deuil, seul la douleur du manque s'apaise … et mesurer l’importance des petits rituels.

Accompagnement Deuil périnatal Nantes, orée d'anjou, Ancenis, 44 et 49, IMG, IVG, fausse couche, décès bébé, mort foetale in utéro
Accompagnement Deuil périnatal Nantes, orée d'anjou, Ancenis

Accompagnement du deuil périnatal Nantes, Orée d'anjou, Ancenis 44 et 49

Le deuil périnatal est une épreuve profondément personnelle et complexe. En tant qu'ostéopathe spécialisée en santé de la femme, mon objectif est de fournir un soutien à la fois physique et émotionnel pour aider les parents à naviguer à travers cette période difficile. Si vous ou un proche êtes touché par le deuil périnatal, n'hésitez pas à rechercher de l'aide professionnelle pour accompagner ce processus de guérison. Accompagnement du deuil périnatal Nantes, Orée d'anjou, Ancenis 44 et 49

Comments


bottom of page